Symptômes de la grossesse molaire

Les symptômes de la grossesse molaire sont très proches de ceux d’une grossesse normale, de ce fait il est très difficile de juger une grossesse en se basant seulement sur les symptômes apparent ressentit par la femme, cependant un certain nombre de ces symptômes reviens assez souvent.

Les saignements

La grossesse molaire est parfois accompagnée de saignements qui apparaissent des la 6éme semaine et rarement au delà de la 16éme semaine, malgré qu se soit le signe le plus distinctif de cette pathologie, il faut garder à l’esprit que la présence des saignements est une chose relativement courante dans les grossesses normales donc ça ne constitue évidement pas une preuve ultime.

Les saignements d’une grossesse molaire complète ou partielle sont très varies, en effet ils peuvent être abondant ou non, ils sont d’un rouge vif ou sombre, aussi ils peuvent être continus ou occasionnels, cependant lorsqu’il y a des saignements que se soit lors d’une grossesse molaire ou normale il vaut mieux consulter un médecin ou une sage-femme.

Nausé, vertige et vomissement

Les grossesses molaires sont souvent accompagnées de nausées de vertiges et des vomissements très sévères par rapport aux grossesses normales, cela est due à une croissance rapide du placenta ce qui fait augmenter le taux de l’hormone hCG, et provoque toutes ces sensations de nausées et vertiges, et provoque le gonflement l’utérus et le ventre.

Douleur abdominale et mammaire

Les grossesses molaire peuvent aussi être accompagnées de douleurs abdominale intense, due au gonflement rapide de l’utérus à cause du développement des tissus molaires, et des tensions mammaires très douloureuses.

Dans 30% des cas la maladie est asymptomatique c’est a dire qu’elle ne montre aucun symptome particulier, dans ce cas elle ne sera décelé que l’ors d’une echographie.

symptomes de la grossesse molaire

symptômes grossesse molaire

La grossesse molaire complète peut être décelée sur une échographie lorsqu’elle est suffisamment grande, mais la meilleure façon reste l’analyse sanguine du taux de l’hormone hCG, qui demeure très élevé lors d’une grossesse molaire complète. Par contre il est assez difficile de diagnostiquer une grossesse molaire partielle surtout si elle n’est pas visible sur l’échographie.

Il arrive que la grossesse soit interrompue naturellement, dans ce cas ils est recommandé d’envoyer pour analyse les tissues éjecter pour déterminer s’il s’agissait d’une grossesse molaire ou non, cela à beaucoup d’importance pour les futures grossesses.

Publié dans Non classé Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*